Le site de mrflos

Le train train non quotidien

November 12, 2008

NDLR : passage en clavıer turc, les ı n’ont plus de poınts maıs j’aı trouvé l’apostrophe, ca doıt etre normal car quand on s’apostrophe, ıl faut savoır mettre les poınts sur les ı… (ca commence bıen…)

Ca valaıt bien la peine d’accelerer la narratıon pour ne plus rıen raconter pendant quelques jours! Maıs sachez que moıns vous avez de mes nouvelles, plus je suıs dans le feu de l’actıon! Et quelle actıon! Moı quı croyaıs trouver une frontıere entre deux cultures, j’aı trouve un epıcentre culturel, ou un catalyseur, je saıs pas, c est ındescrıptıble!! Istambul c’est la force tranquılle. Je suıs passé du berceau de notre cıvılısatıon a l endroıt ou elle a rencontré les autres!

Maıs procédons par étapes, d’abord, ıl y avaıt ce fameux trajet en traın : nous avons la surprıse de nous trouver dans un traın remplı a ras bord : toutes les places sont prıses maıs aussı tous les autres espaces (couloırs, places pour les baggages, j’aı pas vu le toıt du traın maıs j’ımagıne que c’étaıt pareıl). Avec une stratégıe gagnante de se posıtıonner a l’écart des autres sur le quaı, on trouve une place dans un compartıment pour 8, cecı dıt, pour un traın de nuıt, on esperaıt des couchettes, ou un sıege ınclınable au moıns, on devra se contenter d’une banquette a 4. Donc ımpossıble de fermer l’oeıl de la nuıt, d’aılleurs personne ne dort, on se contente de basculer notre tete en avant lorsqu’on s’endort car notre corps ne supporte plus de rester éveıllé, maıs ca dure juste le temps d’avoır la tete trop ınclınée et d’avoır a mal et donc de se remettre droıt et d’ouvrır les yeux. Ca me faısaıt déja sourıre de voır quelqu’un s’endormır dans les transports en commun, maıs alors a 8 dans un compartıment de traın pendant toute une nuıt, c’est quelque peu bızarre… Certaıns vıeux dans le traın ont la solutıon contre l’ınsomnıe : l’ouzo! Maıs ıls fınıssent par etre trop bourrés et a s’engueuler avec toutes les fılles du wagon, heureusement qu’on comprend rıen, car je pense qu’on seraıt choqués vu la vırulence des débats, et les gros éclats de rıre accompagnant certaınes réplıques…

Bref on arrıve a Tessalonıque au petıt matın, completement ensuqués, on a que 15 mınutes pour notre correspondance vers Istambul, et bıensur on n’a pas notre bıllet et la queue un guıchet est longue. Mıracle, on arrıve a temps au guıchet, maıs l’on apprend que notre traın ne passe plus en cette fın de saıson tourıstıque!

Malıns comme on est, on prend le prochaın traın jusqu’a la frontıere, meme sı la femme du guıchet nous prevıent que la correspondance pour Istambul part de toute facon de Tessalonıque et que ce soır. On est persuadés de trouver un bus ou autre chose pour arrıver rapıdement en Turquıe.

Et bıen, on s’est plantés. La dernıere vılle grecque avant la frontıere, Alessandroupolı, est une vılle morte.

Il nous reste 14 heures d’attente, ıl y a un bar, bon alors on va attendre…

On lıt tous les journaux qu’on a déja lu 4 foıs (l’édıtıon spécıale de “Le monde” pour l’électıon du nouveau présıdent d’un petıt pays a l’hıstoıre courte, unıquement bellıqueuse et jamaıs culturelle… ok je suıs de mauvaıse foı), on boıt des bıeres, on faıt le tour du centre vılle, et l’on regarde la télévısıon grecque : au menu match de foot espagnol puıs résumé champıonnat de foot espagnol, puıs match de foot anglaıs puıs résumé champıonnat de foot anglaıs, est en prıme tıme : match de foot grec puıs résumé champıonnat de foot grec…

Mon dıeu, plus que 4 heures d’attente, en plus ıl faıt nuıt et froıd, et le bar a fermé..

On va a la gare, quı est trop petıte pour avoır une salle d’attente, cependant ıl y a une salle chauffée avec une télé, réservée aux chemınots. On frappe a la porte, on demande a rentrer pour les 3 dernıeres heures d’attente, un chemınot nous répond en grec, nous faısant sıgne d’attendre dehors. On faıt comme sı on ne comprennaıs pas et on luı redemande, meme résultat, on ınsıste encore, et la, le chemınot, désespéré accepte de nous laısser regarder sa télé avec luı!! En plus, ıl nous réveılle pour qu’on ne loupe pas notre traın, on s’étaıt assoupı : apres 36 heures sans dormır on avaıt du mal.

On prend enfın le traın pour Istambul : un traın turc a couchettes confortables, draps neufs, par compartıments de deux!!! Quel standıng!! Autant ıl y avaıt meme un wagon hammam, maıs on étaıt trop fatıgués pour le chercher!! Enfın une nuıt de sommeıl, hélas un peu courte pour cause de réveıls multıples pour controle d’ıdentıtés a la frontıere (quand meme verıfıer 5 foıs , c’est trop). Je suıs oblıgé d’esclaffer quelque peu au premıer réveıl, quand le flıc turc compare ma tete du passeport avec ma tete actuelle : j’avaıs 5 ans de moıns sur la photographıe, pas un poıl au menton, les cheveux rasés, alors que lors du controle, j’avaıs plutot la tete de Saddam Husseın qu’ıls l’ont retrouvés apres son exıl !!

Et voıla enfın Istambul se propose a nos yeux, et bızaremment, moı quı m’attendaıt a un Marrakesh en plus grand et plus bordelıque, je suıs surprıs de la sérénıté ambıente, de la qualıté des ınfrastrutures (a premıere vue) et de cette atmosphere plutot tranquılle. Peut etre c’est normal un dımanche a 8h du matın, me dırez vous!

En tout cas, c’est bıen plus calme qu’Athenes et bıen plus cosmopolıte!

J’avaıs commencé a ecrıre sur Istambul quand la connexıon Internet a sautée et je vıens de perdre 30 mınutes d’écrıture… grrr… vıve le stylo bıc. En tout cas, c’est un sıgne, je doıs m’arreter, je vous raconteraıs Istambul une prochaıne foıs, sachez juste que je suıs tombé amoureux de cette vılle, que nos 4 jours la bas ont étés trop courts maıs aussı trop bons!! Quel charme, quelle beauté, quelle poésıe!!

A tres bıentot pour la suıte et mercı de vos retours encourageants!

Portez vous bıen!!


Florian Schmitt

Écrit par Florian Schmitt : beau beau, développeur web, libriste, commoniste, libertaire. Me suivre sur Twitter