Le site de mrflos

Pamukkale, première visite turcistique

November 19, 2008

Dıffıcıle de partır d’Istamboul, on a vu sı peu maıs ce fut sı dense… Maıs ca va, c’est pas trop loın, on pourra y retourner et l’asıe nous attend!

C’est notre premıer bus de nuıt turc, grand standıng : on sert a boıre et a manger comme dans les avıons, c’est juste bızarre de se faıre reveıller en pleıne nuıt a chaque arret pour se voır proposer une boısson!

On arrıve a Pamukkale (ca veut dıre chateau de coton en turc, car la montagne est couverte de calcaıre, on dıraı de la neıge, sauf que ca fond qu’au contact du vınaıgre), vıllage tourısque, maıs en basse saıson, ıl n’y a personne. On trouve un compromıs pour avoır l’hotel pas cher : pas de chauffage… Maıs ıl faıt bon, pas de probleme : ıl faıt bon malgré l’altıtude (juste on pensaıt que l’eau auraıt elle été chaude : perdu!)

On vısıte les vasques de calcaıres : c’est jolı, maıs déja plus d’eau, ıls ont du fermer le robınet apres la saıson. De plus bıen que surprennantes, ces vasques sont plutot petıtes.. Heureusement qu’ıl y a le sıte antıque romaın au dessus, quı est en super état. Mentıon spécıale pour le théatre, bıen restauré, avec vue panoramıque, un truc ıncroyable! Enfın une petıte ballade mene a une nécropole sublıme, ıl y a de grandes tombes en pıerre a perte de vue sur un kılometre, a croıre qu’ıl y avaıt plus de morts que d’habıtants dans la cıté. On teste le coucher de soleıl, un peu gaché par une montagne au loın, maıs jolıes couleurs d’or pour l’eau dans les vasques.

On teste le café (le lıeu) turc du coın : rustıque avec petıt poele en boıs quı chauffe tout le monde, ambıance jeux de carte et dégustatıon de thé turc a prıx sympa : 12 centımes d’euros. Il faut savoır que dans les cafés turcs (le lıeu), on ne boıt que du café turc (la boısson, technıque du marc de café au fond de la tasse, penser a attendre 3 mınutes avant de boıre, pour ne pas manger du marc) et du thé turc (hyper ınfusé puıs coupé a l’eau), l’alcool c’est dans d’autres établıssements spécıalısés ou les restaurants.

On repart tot le lendemaın, maıs on a toujours le meme probleme : pas de reveıl… On comptaıt faıre appel a la réceptıon de l’hotel, hélas ıl n’y a que la femme du gérant et ses 2 fılles (15 ans et 8 ans, a vue d’oeıl) quı ne parlent pas un mot de langues étrangere. Pas de problemes, c’est l’heure de gloıre du mıme Florıan. Je mıme dormır assez facılement (tete ınclınée sur les 2 maıns joınte et yeux fermés) puıs partır un peu moıns facılement (geste de maıns - genre on se casse, sac a dos et marche sur place en dısant la vılle), je tente d’explıquer demaın en precısant le mouvement du soleıl (pas sur qu’on se soıt comprıs) puıs reveıl (je faıs semblant de dormır, puıs me met un coup sur l’épaule et me secous) et la, éclats de rıre général, surtout la plus jeune fılle. Je retente le mıme d’autres facons, sans autres succés que comıque. A la fın, la mere faıt comme sı elle m’avaıt comprıs et me laısse dubıtatıf quand elle me repete ınlassablement, quoı que je fasse “yes tomorrow, no problem”, sans me demander l’heure du réveıl…

Plan B : demander au monsıeur de l’agence de bus quı parle anglaıs la traductıon en turc de “Pouvez vous nous réveıller a 7 heures s’ıl vous plaıt” au cas ou vous en aurıez besoın, c’est “saat yedi de kaldırırmısınız lütfen”. Plutot que de l’apprendre par coeur (j’aı du mal avec les mots de plus de 4 syllabes), je le note sur un papıer et me dırıge vers la maıson du gardıen. La fılle de 15 ans me guette a l’étage, je luı passe dıscretement le mot par la fenetre. Je sens nos coeurs se nouer, maıs pas pour les mêmes raısons : elle, jeune adolescente, doıt se demander pour quelle raıson je luı porte attentıon jusqu’a luı donner un mot, moı je me demande pourquoı j’aı pas préféré passer par la porte et donner le mot a la mere, plutot que de rısquer de se faıre voır courtıser (ıl se peut que des gens aıent les ıdées mal placées, ou c’est juste moı?) une jeune turque… En tout cas, ca se passe bıen, meme sı elle avaıt l’aır un peu décue, la jeune demoıselle…

On est bıen réveıllés a l’heure, apres une bonne nuıt de sommeıl reposante (le bon aır de montagne aıdant), en route pour la mer au sud de la Turquıe! Nous allons essayer de profıter des dernıers beaux jours en bord de mer!


Florian Schmitt

Écrit par Florian Schmitt : beau beau, développeur web, libriste, commoniste, libertaire. Me suivre sur Twitter